Quelle équation pour l’excellence opérationnelle de la sécurité ?

A – LScube : Lean Six Sigma Sécurité est une boîte à outils, un cadre méthodologique inspiré de LSS et adapté à la Sécurité de l’Information.

Modelisez les processus constituant le dispositif sécurité de votre entreprise, leurs interactions avec ou leurs inclusions dans les processus métiers et IT dans un premier temps.

Intégrez la maîtrise des risques dès la phase Define dans la mise en oeuvre de la méthodologie d’optimisation de processus.

Les outils seront piochés en fonction de la complexité de la douleur à traiter et de la maturité du processus travaillé.

B – Animation : Le choix et la formation des acteurs et moteurs du projet d’amélioration sont critiques dans l’équation de performance.

Associez les opérateurs des processus sécurité à optimiser.

Choissisez un porteur du projet qui allie connaissance des risques sécurité, qualité d’évangélisateur et de management d’équipe.

Favorisez la créativité et le décloisonnement.

Formez des blackbelts ou greenbelts dans vos équipes sécurité.

C – La culture du progrès : L’amélioration continue est bien connue des familiers de la norme ISO 27001 mais pas suffisante dans une logique de rupture de performance.

Déployez concrètement au sein des équipes travaillant quotidiennement sur les processus une véritable culture de la performance opérationnelle.

Récompensez les initiatives sur ce sujet. Reconnaissez les acteurs.

Organisez des points de suivis réguliers et des outils pour partager et capitaliser sur les difficultés et solutions identifiées (organisation de morning meetings par exemple).
Vous pouvez envisager le dispositif également comme un « centre de service » sécurité avec des producteurs et des distributeurs. Partager cette culture « service » permet de focaliser les acteurs des processus sécurité sur la qualité et la satisfaction des clients de ces processus (propriétaires de risques) et de réduire leur coût de réalisation.

Pour mettre en place ce cadre méthodologique, l’animation et la culture du progrès nécessaires à l’optimisation des processus, plusieurs leviers sont disponibles.

  • décloisonner, au sein des processus, les activités sécurité afin d’en optimiser le sourcing. Ceci permet de faire en sorte que chaque partie du processus sécurité soit réalisée par les acteurs les plus à même de le faire (en terme de compétences, d’intérêt, de réactivité…)
  • appliquer les démarches de progrès reconnus, notamment DMAIC, Kaizen, A3 et PDCA en fonction de la complexité du problème et de la connaissance de la solution.